Vers une saint yoga ?

Une Journée mondiale du Yoga promulguée par l'ONU s'impose progressivement les 21 juin, jour de solstice d'été. Une proposition initiée dès son élection en 2014 par le premier ministre Indien Narendra Modi et fortement soutenue à l'époque par Barack Obama, président des USA. Une curieuse idée force, certainement symbolique mais de quoi exactement ?

Solstice d'été & Saint-Jean

Le 21 juin est le jour le plus long de l'année en hémisphère nord, déjà célébré dans la préhistoire et dans l'antiquité. Les alignements de monolithes et les pyramides égyptiennes en témoignent par leur orientation. Partout sur la planète, on a déterminé les points cardinaux, directions sacrées en fonction du soleil. Solstice païen des fécondité, fructification, moissons, miracle de la vie qui s'exprime dans le végétal et le feu de l'été. Évidences cosmiques, pratiques et divines que le christianisme a perpétuées dans la Saint-Jean, ses feux de joie et ses danses, jusqu'au 20e siècle.

Laïcité républicaine et musique

Depuis 1982, une centaine de pays occidentaux ont surimposé à la Saint-Jean une fête de la musique républicaine, laïque et urbaine qui ignore la religion, l'astrologie et l'agriculture en ne célébrant que la musique. Une musique plutôt électrifiée qu'acoustique et qui favorise la passivité du spectateur plutôt que son engagement dans la danse. Mais bon, un événement populaire dans les rues des villes c'est déjà fort sympathique.

Obama, Modi et l'ONU

Le 21 juin 2015, ma télé, ma radio et mon journal annoncent la première Journée Mondiale du Yoga proclamée par l'ONU sur la proposition de Modi et Obama ! A partir de septembre 2014, hop c'était ok pour juin 2015. Image des deux hommes se serrant la main comme lors d'une alliance politique, image de Modi à l'ONU qui n'aura jamais obtempéré aussi vite à une proposition.

Quid du solstice d'été, de la Saint-Jean et de la fête de la musique ? Il y avait ce côté chien lâché dans un jeu de quilles, un côté discourtois qui impose sa marque dans un lieu sacré, ces pléthoriques propositions devraient désormais cohabiter ou peut-être se livrer une concurrence.

Le spectacle fut déroutant, des milliers de tapis en plastique disposés au cordeau, en lignes et colonnes sous la tour Eiffel, remplissant la plus grande avenue de New-Delhi, et à San-Francisco, Los Angeles. Des dizaines de milliers de petits soldats du yoga-tonic dont je ne connaissais pas l'existence en tel nombre. Un air de grande messe maoïsme ou stalinienne en bien plus pauvrement chorégraphiée. À Delhi, Narendra Modi en survêtement blanc pratiquait à grande peine une gymnastique yogique en tête de milliers d'adeptes uniformément alignées.

Ces spectacles m'ont angoissé, les formes de l’événement n'ont qu'une relation superficielle avec  la nature des pratiques corporelles de yoga développées au cours du 20e siècle en Inde et en occident. Et aucun rapport du tout avec la philosophie ancestrale de l'Inde, la Parole brahmanique ou tantrique ou bouddhique. Une gym-yoga à l'américaine mondialement promue sous forme de spectacle de masse.

D'une certaine façon, heureusement que ceux, indiens et occidentaux, porteurs d'un enseignement authentique se soient tenus éloignés ! Mais une grande incompréhension tout de même pour moi qui ne voyais pas le rapport entre cet événement mondialement promu et les enjeux géostratégiques qui se jouaient entre le pays du dollar et le reste du monde. L’élection d’un néo-conservateur à la tête de l’Inde était un événement extrêmement important pour les équilibres mondiaux.


BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud

Au début de la deuxième décennie du nouveau millénaire, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud proclamaient le désir d'émanciper leurs échanges commerciaux du dollar.

Les BRICS ont fait trembler Wall-Street et Washington de peur en 2011, d'autant plus que de nombreux gouvernements de pays Européens, qui ont aussi à souffrir de la domination du dollar, regardaient l'alliance naissante comme un exemple. Pourquoi l'Euro ne pourrait-il pas, lui aussi devenir une monnaie d'échange internationale ? Même le Fond Monétaire International (FMI) en la voix de son directeur général Dominique Strauss-Kahn penchait en faveur d'un New deal de l'usage des monnaies dans les échanges internationaux.

C'est vrai, pourquoi ne pas payer nos achats de gaz Russe en Euro ? Les Russes auraient plein d'euros à dépenser dans l'achat de produits Européens. Génial ! En Inde, c'est cette logique vis à vis de la Chine voisine, de la Russie toute proche et du Brésil plus éloigné qui a initié le début des accords BRICS. En 2011, la suprématie du dollar sur l'économie mondiale, après que la crise de 2008 eut commencé aux USA avant de s'étendre à la planète, était logiquement remise en cause !

En Inde

En Inde, depuis la révolution de 1947, c'est un esprit socialiste qui anime la vie politique du sous-continent, même s'il y a alternance avec un conservatisme comme dans toutes les démocraties. Un conservatisme des puissances locales de l'industrie et de l'argent que le socialisme Indien n'a jamais voulu détruire. L'esprit de castes règne encore en Inde, tout comme dans les démocraties occidentales à y bien regarder. Je n'aurai rien à y redire si un équilibre intelligent était présent et que des passerelles d'ouverture véritables existaient entre les castes.

Entre 2004 et 2014, l'Inde était ouverte à la mondialisation, avec Manmohan Singh comme premier ministre. Un libéralisme de petits pas qui a fait dire en occident que l'Inde réussissait son émergence dans l'économie financiarisée. Mais un libéralisme modéré qui a permis aussi ce désir d'indépendance des BRICS. Avec Narendra Modi, à partir de 2014, l'Inde entrera en phase néo-conservateur pur et dur, se rapprochant des États-Unis et délaissant son implication dans le désir d’échanges internationaux hors du dollar.

Narendra Modi et la fin des BRICS

Les élections législatives Indiennes de 2014 ont été menées pour la première fois à l'américaine, à grand renfort de propagande publicitaire et médiatique. C'est vraiment le monde Indien de l'argent et de la finance qui a propulsé Narendra Modi. Ce nouveau premier ministre de l'Inde ne s'est pas rendu à Moscou, ni à Pékin, ni à Brasilia pour construire le futur des BRICS. Non, Narendra Modi s'est précipité à Washington pour plusieurs jours de travail avec Barack Obama !

Entre temps, Dominique Strauss-Kahn fut évincé du FMI par la police New-Yorkaise et le FBI en 2011, son procès pour viol n'eut jamais lieux, la plaignante ayant disparu de la scène médiatique aussi vite qu'elle était apparue.

Depuis l'accession au pouvoir de Modi, il n'a plus du tout été question de sortir des échanges en dollars ! Au contraire, sa gouvernance est marquée par une fulgurante avancée en Inde des Monsanto est autres chantres de la finance transnationale.

Je vous raconte les quelques enjeux géostratégiques des plus incontournables à propos de l'accession de Narendra Modi au pouvoir parce que c'est ce que j'attendais de la presse en 2014... mais non, ma télé me fit le coup de la Saint-Yoga avec Barack Obama et Modi à l'ONU.

Il fut reproché à Modi, dans la presse bien-pensante de gauche européenne, son nationalisme et les violences envers les musulmans. Mais rien à propos de la fin des accords monétaires des BRICS et aucune réflexion de fond sur la façon dont l'Inde est à nouveau colonisée par le biais de la finance et des banques. Qualifier de nationaliste, un premier ministre prompt à vendre son pays à des puissances étrangères est même particulièrement inapproprié... je suis resté frustré d'informations intelligentes.


Journée Mondiale du Yoga

Si cette journée mondiale du Yoga te semble quelque peu hors-sol le résumé ci-dessus en donne les raisons politiques profondes. Si cette journée mondiale du Yoga te semble être plus en rapport au divertissement et à l'enrôlement des masses dans le consumérisme, tu n'es pas fou, c'est effectivement le cas.

La forme vaguement néo-maoïste de départ en 2015, avec ses milliers de tapis alignés est maintenant abandonnée pour une forme plus médiatique, basique du côté consumériste de notre culture. Ce sont les magasins d'articles de sport, les studios de fitness-yoga et la presse qui servent de moteur à la journée mondiale du Yoga.

Attention, elle n'est pas tout à fait une journée mondiale de la pensée unique comme les autres car elle tient la particularité d'occuper la place très symbolique du solstice d'été et de la Saint-Jean !!!

Yoga religion du nouvel-âge ?

Il est certain que le "nouveau monde" néo-conservateur se cherche depuis longtemps une spiritualité de masse. C'est même là que tient la différence abyssale entre conservateurs et néo-conservateurs ! Les conservateurs sont en faveur de maintenir ou de retrouver les traditions religieuses et les positions de castes de leurs parents. Ça vaut pour tous les pays du monde ! Alors que le néo-conservatisme ferait bien table rase de tout passé pour inventer un nouvel-âge, un nouvel ordre mondial construit de toute pièce, en fonction de ses intérêts immédiats.

La perte de vitesse des anciennes religions au profit de l'équation "travail, endettement, consommation" a laissé un grand vide dans le cœur des êtres humains pris dans des vies quotidiennes aussi absorbantes que sans but collectif. Des êtres isolés, employés de bureau et salarimen, qualifiés de classe moyenne seraient le cœur de cible de cette religion du nouvel âge qui prends forme sous le mot yoga vidé de son sens et de son histoire.

Le yoga du nouvel-âge consisterait en une quête du bonheur à travers le corps et le refus des émotions négatives. Il y aurait un yoga de l'équanimité que rien ne viendrait déranger. Être en meilleure santé possible, jamais touché par l'adversité, jamais en colère contre quoi que ce soit. Le citoyen - employé - consommateur idéal serait toujours obéissant, toujours positif et toujours souriant comme dans "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley.

La sociologue Israélienne Eva Illouz montre dans "Les marchandises émotionnelles" et dans "Happycratie" comment la création de buts inatteignables, tant au niveau de la tâche salariée qu'au niveau de la quête de bonheur individuel, rends le citoyen prisonnier d'injonctions paradoxales et culpabilisantes.

Des stratégies de management qui visent à paralyser l'autonomie de l'individu, exactement à l'inverse de la démarche ancestrale de yoga qui vise la clairvoyance de l'individu ! Clairvoyance qui se cultive par la conscience d'être une part intelligente et divine d'un tout intelligent et divin.


Yoga

Dans le regard que pose la science ancestrale de yoga. L'Homme tient une place paradoxale, il y est malhabile de condition alors que d'essence divine. Le jeu de Yoga consiste à se joindre à l'aspect divin qui soutient à la fois nos cœurs et le monde.

Une démarche quasiment inverse de celle qui consisterait à acquérir des pouvoirs ou une condition particulière. Le seul pouvoir qui soit valorisé dans la quête essentielle de yoga est la clairvoyance qui naît de sens de discernement cultivés par les pratiques.

La langue sanskrite

Cette science de Yoga a une histoire de 3 500 ans très intéressante à étudier. L'occasion de se rendre compte que les moyens de clairvoyance et de jeu avec le divin nous sont très proches. Comme dans les traditions occidentales, le champ couvert par l'étude ne se limite pas au corps du tout. Ce serait plutôt la parole qui serait centrale. Il y a une Parole entendue par d'antiques sage et une façon de s'y joindre, des pratiques pour s'approcher de la parole parfaite et du son parfait.

C'est au travers de la langue sanskrite (littéralement : par-faite) que le plus important de ces enseignements se pratiquent et se transmettent depuis 3 500 ans. Une langue qui est en elle-même un moyen d'éroder nos comportements et croyances trop conditionnés.

Pratiques corporelles

Les pratiques corporelles qui ont servi de matière première à l'élaboration des "cours de yoga" actuels viennent des 14e - 16e siècle et de sectes très minoritaires de renonçants, de pèlerins va nu pieds qui feraient horreur à la bourgeoisie-bohème fan de fitness-yoga. Les conditions d'engagement et de maîtrise respiratoire très fortes qui font l'intérêt de ces pratiques restent très peu connues et pratiquées malgré tout le battage autour "du" yoga.

Oui, il y a une très grande exigence dans les traditions de yoga, peut-être même un côté élitiste, mais un élitisme bizarre qui s'exprime dans l'émancipation de l'humain et en marge de la vie mondaine. En tout cas, il est absolument certain que les pratiques issues de ces traditions ne sauraient être vrillées en un nouvel opium du peuple sans y perdre leur âme et tant mieux !
________________

Archive
Enseignement
Joachim